Colloque : Les genres du roman au XIXe siècle (Paris 13/BnF)

Colloque

Les genres du roman au XIXe siècle (Paris 13/BnF)

du mercredi 13 au vendredi 15 avril

Les genres du roman au XIXe siècle

Programme complet Colloque Genres du roman au XIXe siècle

Lieu

Université Paris 13 – Campus de Villetaneuse
99, Avenue Jean-Baptiste Clément 93430 Villetaneuse

et Bibliothèque nationale de France (site Tolbiac)

ORGANISATION

Émilie Pezard (ENS-Lyon)
Valérie Stiénon (Université Paris 13-Pléiade)

RÉSUMÉ

Le colloque s’attachera à l’étude de la partition du domaine romanesque, au XIXe siècle, en de multiples sous-genres : roman sentimental, roman d’aventures, roman de moeurs, etc. Il s’agira, en se situant du côté de l’auteur comme de celui du lecteur, de réfléchir aux relations qui se nouent entre ces sous-genres et à leurs implications sur la théorie et l’histoire du roman, en étudiant notamment l’hybridation des poétiques, la hiérarchisation des corpus, les stratégies de revendication ou de dénégation, ainsi que les classements génériques.

ARGUMENTAIRE

colloque-genres-afficheLe XIXe siècle a vu s’opérer le « sacre du roman [1] » (Mona Ozouf). La promotion de ce genre anciennement déprécié est liée à l’entreprise de légitimation qu’ont menée, dans leurs œuvres, quelques grands romanciers du siècle, comme Balzac et Zola. Elle se manifeste aussi par l’augmentation quantitative des romans publiés, la diversification des supports éditoriaux (volumes, feuilletons, recueils) ainsi que celle des modes de diffusion (cabinets de lecture, collections, compilations). Ces différents facteurs induisent une « spécialisation du roman [2] », c’est-à-dire une division du genre romanesque en de multiples sous-genres. Roman noir, personnel, sentimental, historique, d’aventures, de mœurs, de cape et d’épée, mondain, psychologique, scientifique ne sont que quelques-unes des catégories permettant aux contemporains de partitionner un domaine romanesque devenu immense. Cette multiplication est facilitée par la possibilité de définir un genre à partir de nombreux critères, plus ou moins pertinents. Théophile Gautier juge ainsi que le roman maritime est « une spécialité beaucoup trop étroite »: « Demain, un autre s’arrogera le monopole des romans en diligence […]. Les ports seront des auberges, et au lieu de sombrer on versera [3]. » D’autres genres ont été oubliés : qui se souvient du roman ecclésiastique ou du roman militaire ?

Alors que de nombreux travaux ont déjà permis de préciser les connaissances sur un genre particulier, nous souhaiterions porter un regard englobant et transversal sur cette division du roman en de multiples genres, qui nous semble constituer un enjeu majeur pour l’étude de la production littéraire au XIXe siècle. Les genres sont en effet des catégories permettant de lire, de penser et d’écrire le roman. Ce sont des constructions historiques, qui relèvent autant de la littérature que de son commentaire : omniprésents dans les discours critiques et paratextuels, les genres structurent la perception de la production romanesque.

Du côté des lecteurs, ils contribuent à classer, hiérarchiser et interpréter les œuvres. Ils tracent la frontière entre littérature légitime et littérature populaire. Les limites entre les genres sont cependant labiles et bien des œuvres résistent à une classification univoque. Ainsi, en 1896, Le Roman en France pendant le XIXe siècle place Rosny aîné dans le chapitre sur le « roman scientifique », aux côtés de Verne, alors que la réédition de 1909 préfère le classer dans le « roman psychologique ». L’attribution d’une étiquette générique à une œuvre témoigne d’une lecture particulière, susceptible d’évoluer au fil de l’histoire : lu comme un « roman frénétique » à sa parution en 1823, Han d’Islande est relu quelques décennies plus tard comme un « roman de chevalerie ». D’une lecture à l’autre, la figure de l’ogre sanguinaire s’est effacée devant le couple d’Ordener et Ethel.

Du côté des écrivains, les genres peuvent être des bannières à revendiquer ou, au contraire, des héritages à dissimuler. Eugène Sue se pose en créateur du roman maritime dans les années 1830, Paul Bourget en maître du roman psychologique dans les années 1880. Les écrivains sont ainsi amenés à définir leur position dans un jeu dialectique entre imitation et innovation, entre recherche du succès public et quête de l’approbation des critiques.

[1] C’est le titre de l’article de Mona Ozouf dans le numéro de Romantisme consacré aux « Conquêtes du roman » (dir. José-Luis Diaz, n° 160, 2013).

[2] Eugène Gilbert, Le Roman en France pendant le XIXe siècle, E. Plon, Nourrit et Cie, 1896, p. 403.

[3] Théophile Gautier, compte rendu d’Histoire de la marineLa Chronique de Paris, février-mars 1836, reproduit dans Eugène Sue, Romans de mort et d’aventure, éd. F. Lacassin, Laffont, coll. Bouquins, 1993,p. 1338-1339.

 


Magali Nachtergael

Maîtresse de conférences en littérature et arts contemporains, Université Paris 13.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *